Mais comment peuvent-ils encore aimer Trump?

Read this post in english

Politique . La popularité de Trump est toujours étonnamment élevée. Comment pouvons-nous l’expliquer, et que peut-elle nous apprendre ?

Jusqu’à très récemment, j’étais incrédule. C’était un mystère pour moi. Comment, comment diable une grande partie des républicains américains peuvent-ils encore aimer Trump ?

“C’est un désastre ambulant et ils vont bien finir par le comprendre, non ?”

C’est à peu de chose près ce que je pensais. Il pourrait bien être le pire président des États-Unis jamais élu. Je ne les connais pas assez pour pouvoir comparer, soyons honnêtes, mais quand même, sur les dernières décennies en tout cas cela parait assez clair. J’essaie de rester positif, vraiment, mais chaque fois que je trouve quelque chose pour le défendre, il me donne immédiatement une nouvelle raison de me claquer la tête de désespoir.

Pourquoi ?

Essayons de résumer :

  • Il a des relations «inappropriées» avec les femmes, et c’est bien sûr un euphémisme. La “saisissante” révélation durant la campagne était assez significative. Et ce n’est clairement pas un incident isolé…
  • La Russie a très probablement interféré dans son élection …
  • … et il le savait probablement.
  • Il a unilatéralement fait exploser un accord sur le réchauffement climatique qui avait été si difficile à conclure et pourtant si porteur d’espoir.
  • Il a déjà renvoyé tant de gens que j’en ai perdu le compte.
  • Il a essayé (et a échoué) de retirer toute forme d’assurance maladie de base à une très grande partie de son électorat.
  • Il a fait adopter une réforme fiscale particulièrement inégalitaire, au profit des revenus élevés.
  • Il utilise les réseaux sociaux avec un mépris de la paix mondiale qui fait froid dans le dos.
  • Il est complètement enfantin et incroyablement immature.
  • Et ainsi de suite… cette liste ne cesse de s’allonger jour après jour.

Donc logiquement, ils devraient avoir compris, non? Sa popularité aurait dû tomber si bas désormais qu’il devrait être à deux doigts d’un impeachment (procédure parlementaire de destitution) bien naturel. Je vais juste vérifier, cela devrait être une question de minutes maintenant.

Jetons un coup d’œil aux sondages juste pour vérifier ça … pas de problème.

Les voici …

Cela remonte ! Et c’est bien haut !

pour plus de details : Sondage à jour sur: RealClearPolitics.com

Attendez…

QUOI ?

Il est encore à près de 42% d’opinions favorables ? Et en plus il est remonté récemment ? Après un an de lent déclin jusqu’à 38%, il est remonté à 42%?

Vraiment ? Sondages vous vous moquez. Cela ne peut être qu’une erreur.

Trouvons une autre source, pour vérifier. Une voici une bonne : le Wall Street Journal avec un sondage très complet et intéressant que voici :

Sondage WSJ

Et bien non. C’est exact. Jusqu’à 85% des républicains l’approuvent encore

Malgré tout ce qu’il a fait, malgré tout ce qu’il a dit, malgré tout ce qu’il est, il est toujours très populaire, et même particulièrement populaire parmi les républicains. Attention, il reste l’un des pires présidents selon les sondages pris après le même temps en fonction, ne vous méprenez pas, mais… il est toujours approuvé par 42% des Américains et 85% des républicains. Bien sûr, ces 42% et 85% sont à peu de choses près les mêmes personnes, mais cela n’en est pas moins déroutant pour mon petit esprit européen biaisé, et je dois comprendre. Des explications telles que “ils sont fous”, “ils sont stupides”, “ils ne comprennent pas” ne vont pas suffirent !

Il faut aller creuser un peu plus profond.

Alors pourquoi plus de 40% des américains le soutiennent-ils encore ?

Je suis français et je le méprise. Mon opinion assez primale de lui est qu’il est un désastre pour les États-Unis et le monde en général. Mais je pense que j’ai finalement trouvé un début d’explication. Une théorie. La voici :

Ils ne l’aiment pas. Pas vraiment. Il me détestent, moi.

Oui enfin, pas moi bien sûr. Les partisans de Trump ne se soucient absolument pas de moi, c’est évident. Je ne suis pas égocentrique au point de la penser.

Mais ils méprisent les Américains “comme” moi, qui pensent comme moi. Pour clarifier ma pensée: ils détestent les gens plutôt urbains, libéraux, pas particulièrement religieux et qui étalent un peu trop leur opinion politique sur les réseaux sociaux.

Et c’est tout. C’est une question très humaine. Une question de communautarisme, l’envie de soutenir ceux qui, selon vous, partagent votre mode de vie, vous sont semblables, qui sont “de votre côté”. Peu importe qu’ils les appellent les libéraux ou les démocrates, cela n’a pas vraiment d’importance, ils sont juste “l’autre côté”.

Une grande partie d’entre eux n’aime pas vraiment Trump d’ailleurs. Mais ils savent que les libéraux l’abhorrent, et ne peuvent s’empêcher de pleurnicher à ce sujet toute la journée sur Facebook ou Twitter, alors quelque part il doit faire quelque chose de bien. Plus les démocrates détestent Trump, plus les républicains sont enclins à le soutenir.

Ils ne sont pas revanchards ou mesquins, je n’ai jamais dit cela, mais ils sont très différents, si différents qu’il est difficile pour nous de comprendre ce qui est important pour eux.

Pour rappel, petit descriptif démographique des partisans de Trump:

  • Ils ont plus de chance d’être des hommes.
  • Ils sont en moyenne plus âgés.
  • Ils sont plus susceptibles de vivre dans des zones rurales.
  • Ils sont plus susceptibles d’être pratiquants d’une religion.
  • Ils sont moins susceptibles de posséder un diplôme d’études supérieure.
  • Ils ont en moyenne des revenus inférieurs.

Cela ne signifie pas qu’ils soient racistes, illuminés ou ignorants. Non pas du tout. Ce sont des gens normaux avec des familles, des emplois, des foyers, une vraie diversité. C’est juste qu’ils se sentent différents parce qu’ils vivent différemment. Bien sûr, il y a des fous furieux dans ces 42%. Mais ils sont si ridiculement extrémistes que les médias américains ne peuvent pas s’empêcher d’aller les chercher pour nous faire peur. Comme dans cette interview. Attention à cela.

Mais la majorité modérée (modéré au sens républicain du terme, c’est relatif) n’a tout de même pas beaucoup de points communs avec les démocrates / libéraux. Et les moins privilégiés d’entre eux ont même de bonnes raisons de craindre d’être en train de perdre le jeu économique. Lorsque vous êtes au chômage, sans compétences techniques, dans un petit comté du Kansas et que vous voyez tous les emplois disparaître pour être remplacés par des développeurs, des “digital marketers” ou des designers, vous êtes naturellement enclin à penser, rationnellement ou non, que la politique ne va pas dans le sens que vous souhaitez.

Il est donc tout à fait compréhensible pour eux de resentir de la défiance vis à vis des personnes qui sont urbaines, avec des emplois mieux rémunérés, avec des compétences plus adaptées à la nouvelle économie, et qui les snobent sur leur mur facebook. Les mêmes personnes qui enragent contre Trump et se moquent de ses partisans toute la journée sur les réseaux sociaux. Les mêmes personnes les méprisent, les regardent de haut, parfois littéralement quand ils utilisent l’expression «fly-over states» (Etats du milieu des Etats-Unis que les personnes qui font New-York San Francisco ne voient jamais que depuis l’avion).

Revenons à Trump. Ils savent que vous le détestez. Le fait est que nombre d’entre eux ne l’aiment pas vraiment non plus, mais ils souhaitent peut-être vous envoyer un message comme celui-ci: “Je ne vous aime pas, je n’aime pas que vous me snobiez tout le temps, méprisant mon mode de vie, mes choix politiques, et c’est comme ça que je l’exprime: Trump est vraiment nul, nous le savons, nous ne sommes pas stupides, mais c’est un appel, faites quelque chose pour que nous puissions vous faire confiance à nouveau.”

Et cela n’est pas spécifique aux États-Unis, alors que peux-on y faire ?

Oui parce que ce problème ne se limite pas à Trump. C’est pareil avec toutes les vagues populistes dans le monde. Au moins deux exemples en dehors des États-Unis doivent être notés: les résultats du référendum sur le Brexit au Royaume-Uni et la poussé du Front national en France.

Concentrons-nous sur la France avec Marine Le Pen. Ses électeurs ne l’aiment pas vraiment non plus. Elle n’est pas réellement populaire en tant que personne en dehors d’un cercle très limité d’électeurs historiques du parti. Sa nièce plus jeune est en réalité bien plus populaire qu’elle. Marine le Pen a certes réussi à construire une image à moitié rassurante et prétendument modérée, mais la popularité de son parti repose en réalité sur le même ressentiment: des gens normaux avec un mode de vie rural et traditionnel se sentant menacés par les divers changements qui surviennent dans leur vie, que ce soit la technologie ou l’immigration.

Donc tout se résume à une chose: ils ne nous aiment pas et ils ne veulent pas que nous leur disions quoi penser.

Mais soyons parfaitement honnêtes : nous ne les aimons pas non plus. Cela va dans les deux sens, ne l’oublions pas! C’est la faute des deux groupes, pas seulement des autres. Et attendre que l’autre coté change d’avis en se moquant d’eux, en les insultant et en espérant qu’ils vont juste venir admettre “vous avez raison” est un peu optimiste, voir idiot. Nous devons donc changer nous aussi.

Et la seule façon d’y arriver est de comprendre que nos différents désaccords politiques sont en réalité l’émanation d’un problème plus profond : nous ne nous aimons pas et nous voulons juste avoir raison.

Nous n’aimons pas les personnes et nos désaccords politiques n’en sont que la matérialisation.

Pensez-y comme un problème de couple. Les disputes se concentrent souvent sur des questions comme «tu ne nettoies jamais», «tu sors trop souvent avec tes amis», «ce n’est pas comme ça que je veux élever mes enfants», «tu dépenses trop». Mais ce qu’ils pensent souvent, et malheureusement, c’est : “je ne t’aime plus, et je ne suis pas sûr de vouloir vivre avec toi”.

Alors que pouvons-nous faire pour essayer de regagner cette confiance. Que pouvons-nous faire de notre coté pour améliorer la situation? Quelques suggestions :

  • Nous devons cesser d’essayer d’être “les plus malins” à ce sujet. Les remarques, vidéos et moqueries habiles et prétentieuses sur les réseaux sociaux ne sont pas constructives. Cela ne fait qu’empirer la situation. Soyons rationnels, soyons calme, soyons respectueux. Argumentons avec intelligence. L’humour est toujours le bienvenu, mais la moquerie ou l’ironie ne le sont pas.
  • Essayons de considérer pour une fois qu’un mode de vie rural / conservateur / religieux est acceptable. Rappelez-vous, pour la grande majorité d’entre eux ce sont des gens normaux, ce ne sont pas des racistes, des extrémistes ou des ignorants, comme vous n’êtes pas individualiste, faible et prétentieux.
  • Essayez d’admettre que ce que vous soutenez en politique peut être en réalité bénéfique pour vous, et pas pour les autres. En particulier, le progrès technologique, et la digitalisation pourrait bien avoir bien  plus d’avantages pour vous que pour eux. Pensez-y !
  • La dernière risque de piquer un peu: essayez d’admettre que Trump ait pu faire quelque chose d’utile, cherchez quelque chose parce que vous trouverez. Pour moi, cela pourrait être le processus de paix coréen. Je dois admettre que si cela continuait ainsi, je serais heureusement surpris et, franchement, j’admettrais, bien qu’à contrecœur:

OK, il n’est peut-être pas SI catastrophique que cela.

2 réflexions au sujet de « Mais comment peuvent-ils encore aimer Trump? »

  1. Comme tu le dis, Trump reste quand même l’un des présidents américains les plus impopulaires de l’histoire. Cela relativise sa popularité. Mais en effet, on observe dans plusieurs pays comme les USA, la France et le Royaume-uni une ligne de fracture (sociale comme disait un autre homme politique) entre le monde rural et les villes, entre les bénéficiaires de la mondialisation et les perdants, entre ceux qui s’enrichissent et ceux qui s’appauvrissent. Et ces derniers n’ont pas de message d’espoir des partis sociaux-démocrates classiques. Ils ne leur font donc pas confiance pour voir leur situation s’améliorer. Ce qui crée un vide habilement exploité par Trump, Farage et Le Pen. La visite de Marine Le Pen à l’usine de Whirlpool était d’ailleurs emblématique de sa “défense” des ouvriers comme les déplacements de Trump dans le nord-est américain en désindustrialisation, qui lui ont donné la victoire finale !
    Je partage ta tolérance: rien de sert de mépriser son prochain, encore moins lorsqu’il est en difficulté. Mais ne pas comprendre pourquoi des gens “normaux” votent Trump ou Le Pen, c’est se voiler la face sur les difficultés et le sentiment d’abandon d’une partie de la population. Espérons que Macron en tienne compte!

    1. Merci pour ta réponse Tanguy. En effet, au fond de tout cela repose le sentiment bien légitime d’une grande partie de la population de ne pas profiter de la mondialisation et des avancées technologiques.

      Un point à bien prendre en considération avant de trop rapidement les juger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *